Braunvieh

Sunday, November 19, 2017 | English

Braunvieh

Au milieu des années 60, Agriculture Canada a établi la première station de quarantaine à Grosse Île, Québec. Cette station permettait l’importation des races de bovins provenant d’Europe continentale.

En 1968, dans un groupe de bovins importés de Suisse se trouvait un taureau brun nommé Aron. Ce taureau suisse Braunvieh affichait une musculature importante. Ce taureau représentait le début de l’élevage de race Suisse Brune et de la sélection pour des animaux de boucherie.

La Constitution a été modifiée en 1972 afin d’inclure une section de boucherie dans le livre généalogique. Cela a permis aux éleveurs d’enregistrer leurs animaux de boucherie dans la section de boucherie : en même temps, cela permettait aux éleveurs d’enregistrer leurs animaux laitiers dans la section laitière. Tous les animaux enregistrés dans la section de boucherie étaient désignés comme animaux Suisses Bruns de boucherie. Les numéros d’enregistrement étaient précédés de la lettre B pour tous les enregistrements d’animaux de boucherie.

En 1973, un programme d’inscription de l’identité (I.E.) a été mis sur pied pour la section de boucherie. Les animaux I.E. étaient les Suisses Bruns pur sang qui n’étaient pas enregistrés et qui avaient perdu leur identité. Ces animaux devaient être inspectés afin que leur phénotype Suisse Brun puisse être confirmé. Ils étaient enregistrés et recevaient un degré de pureté de 75 % dans le programme de croisement d'implantation.

En 1996, à la suite d’un vote par correspondance, les membres ont changé le nom de leur association : l’Association canadienne Suisse Brune est devenue l’Association canadienne Suisse Brune et Braunvieh. Désormais, le titre « Suisse Brun » était réservé exclusivement à la Section laitière du livre généalogique, et le titre « Braunvieh » était réservé exclusivement à la Section de boucherie du livre généalogique.

» Code d'éthique Braunvieh (pdf)